De haute volée

Dans un Torneo Final aussi serré, le déplacement du Millo à La Plata était devenu un choc au sommet avec pour enjeu, la première place.

Un départ parfait

Oublié le dernier tournoi, River retrouvait son Monumental pour lancer un Torneo Final plein d’espoir. Entre le retour de l’icône Cavenaghi et les belles promesses du Verano, ce River avait en effet tout pour nous laisser croire en un beau semestre.

Retour sur les deux Superclásicos

Après un dernier tournoi plus que pénible et un marché d’été marqué par le retour de l’idole Cavenaghi, le début 2014 nous promettait bien des émotions avec en guise d’ouverture, deux Superclásicos qui n’allaient forcément ne pas être que de simples matchs de préparation.

La stratégie de l’échec

Après avoir semble-t-il délibérément choisi de laisser tomber le Torneo Inicial, l’heure était donc venue au River de Diaz de jouer sa saison sur 90 minutes face à Lanús.

La leçon

Un déplacement à Rosario n’est jamais aisé. Quand c’est pour défier Newell’s et se préparer au retour de David Trezeguet, on imagine que c’est plus compliqué. C’était loin d’être ce que River a subi.

L’enfer

L’heure du Superclásico était enfin arrivée. Avec elle, la certitude que River allait enfin prendre le dessus sur Boca. Il n’en sera rien.

En quarts !

Après la (scandaleuse) défaite concédée en Equateur, la mission confiée aux millos était simple : marquer un but et ne pas en prendre. Les hommes de Diaz ont fait bien mieux.

Pour confirmer

Une semaine après la nette victoire face à Tigre, River aborde ce soir un périlleux déplacement à Sarandi pour affronter un Arse qui joue tout simplement la première place.